Pays de Herve

  • Fr
  • Nl
  • De
  • En
Réduire le banner
   

Les confréries gastronomiques

6 confréries défendent les produits de bouche au Pays de Herve...

La confrérie du Herve

La Seigneurie du Remoudou

La confrérie de la Poule Noire de Herve

La confrérie du Lev'gos d'Olne

La confrérie de la Volaille Sauvage

La confrérie des Coyeûs di Mangnêye

La confrérie de la Bière de Soiron

La confrérie des Maîsses Houyeûs dè Payis d'Lidje

La confrérie des Peûres di Sint-R'Mey

La confrérie du Bon Métier des Brasseurs

La confrérie de la Délicieuse Oie du Gay Savoir en Bien Mangier de Visé

La confrérie des Amis de Jean de Berneau

La confrérie Lî Fricassêye âs Pomes

La confrérie des Chevaliers des Fonds de Caveau

LA CONFRÉRIE DU HERVE

Fromage de Herve : son nom, son goût, sont sur toutes les lèvres de notre ville. Du plus jeune au plus ancien, il ne laisse personne indifférent, ne fût-ce que par ses suaves effluves... ce fromage tellement puissant, que de notre truculent Fernand, il a fait un géant... Il se déguste, ce fromage de Herve, à toute heure, accompagné ou non de son frère de terroir, le sirop de poires et de pommes, d’une bonne bière d’abbaye, d’un solide vin de Vacqueyras, avec qui il convole en justes noces depuis quelques années ou, plus audacieux, d’un doux mais très présent Gewurtztraminner, vendange tardive. Il est le symbole vivant de notre patrimoine.

Les Chevaliers de notre Confrérie ont à cœur de faire connaître ce cadeau des Dieux (et non Caprice…), et par-devers lui, notre verdoyant Plateau de Herve…. Vaches, pâturages et bocages, voilà notre paysage, et nous en sommes fiers !

Notre Confrérie a été créée le 25 mars 1967 par le Syndicat d’Initiative et Royal Herve-Attractions. Elle compte depuis lors parmi ses membres nombre de personnalités, représentant notre fromage en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, et bien sûr en France, où elle jumelée à sa Confrérie sœur des Maîtres Vignerons de Vacqueyras et participe en tant qu’invitée d’honneur à la Fête des Vins du 14 juillet... Emanation du Syndicat d’Initiative de la Ville de Herve, notre Confrérie soutient également la mise en place du plus grand cortège carnavalesque en Wallonie, la Cavalcade du lundi de Pâques.

Pour être admis en notre cercle, l’intronisation consiste à réussir les trois épreuves permettant aux intronisés d’accéder au rang de Chevalier : humer le fromage; l’apprécier, en reconnaître le doux du piquant; l’accorder, puis improviser un éloge à sa. gloire.

Après délibération de la garde d’honneur sur la réussite des épreuves, l’intronisé est admis de plain-pied dans la Confrérie du Herve. Parchemin à la main gauche, il prête alors le serment rituel, en levant la main droite : «En garantie de mon entrée dans la Confrérie, je m’engage à promouvoir les valeurs herviennes et à faire connaître son fromage délectable, à suivre les manifestations de la Confrérie, à respecter son règlement dans un but désintéressé, à en parler, à en manger et à le faire déguster aussi souvent que possible.».

Contact : sebastien.kets@hotmail.com

LA SEIGNEURIE DU REMOUDOU

Fondée en 1960, la Seigneurie du Remoudou s’est inscrite dans l’action promotionnelle des produits laitiers du Plateau de Herve et, par voie de conséquence, des fromages de Herve.

C’est en s’appuyant sur des réalités historiques et en y associant l’indispensable facette folklorique, que ce vénérable groupement s’efforce de «parler» des fromages de Herve, d'en faire découvrir les richesses gastronomiques, d'interpeller les professionnels des métiers de bouche, de maintenir au Remoudou sa vocation médiévale d’ambassadeur.

Les origines officielles du fromage du Remoudou remontent au XVe siècle à l’époque des Seigneurs de Xhéneumont et du non moins célèbre Charles Quint qui, le 8 janvier 1544, se rendant de Liège à Aix-la-Chapelle, loge à Herve et déguste ce célèbre fromage fermier.

Le Remoudou, héritier du légitime «Fijne Limburgse Kaas» fabriqué selon une recette séculaire inscrite pour la première fois dans les registres officiels par un Seigneur de Xhéneumont, a donc pour parrain un Seigneur de Xhéneumont, historiquement le premier des Seigneurs du Remoudou. Anciennement fabriqué avec du lait retraité (seconde traite), en wallon «rimoude» d’où son appellation REMOUDOU, il est un exemple unique d’un fromage fermier typique venu du Moyen-Age qui, par ses qualités, fut monnaie courante pour le paiement d’un bien immobilier ou foncier au Pays de Herve.

Cérémonial des Chapitres du Remoudou

Les Seigneurs du Remoudou ont une tenue d’apparat qui s’inspire des costumes du XVIe siècle et plus particulièrement de ceux que l’on rencontrait à la cour de Charles Quint. Les intronisations se déroulent au cours du Chapitre annuel. Les distinctions décernées sont «Gente Dame du Remoudou», «Fin Tasteur du Remoudou», «Honorable Ami du Remoudou» et enfin «Seigneur du Remoudou».

Contact : seigneurieduremoudou@gmail.com

 

CONFRERIE DE LA POULE NOIRE DE HERVE

La confrérie de la Poule Noire de Herve est uniquement constituée de femmes de différentes générations avec l’expérience, la sagesse et la jeunesse. Trois ingrédients qui leur donnent une base solide. Elle existe depuis 2007 et son but est de promouvoir la race de la Poule Noire de Herve.Lors de leur chapitre, elles n'intronisent que des représentantes du monde féminin ainsi qu’un seul représentant d’exception du monde masculin qui a la lourde charge d’être leur coq durant une année. 

Les consœurs souhaitent donc défendre la Poule Noire de Herve, une race trop souvent décriée à tort, en raison de la couleur blanche de leur coquille.

Pour cela elles ont créé différents produits :
  • un potage : la poule noire en velouté hervien.
  • un apéritif destiné aux femmes : le "pisse-poule", mis au point par la poule qui gratte, Christiane MARTIN. Au départ d’une recette péruvienne, elle y a ajouté des ingrédients du terroir hervien. C'est une boisson légèrement alcoolisée, et bien sûr à base d’œufs, mais nous n'en saurons pas plus !
  • une boisson plus alcoolisée destinée aux hommes : le "pisse-coq".
  • un dessert ou un goûter : la tarte aux œufs.
Les consœurs portent une robe noire garnie d’une queue de la même couleur et d’une corolle rouge, un chapeau et un bibi garni d’œufs et de plumes.
 

LA CONFRERIE DU LEV'GOS D'OLNE

Nous sommes en 1979. Olne, petit village situé entre Liège et Verviers, organise son troisième "Olne Autrefois", une fête dont le but est de remettre à l'honneur les usages et coutumes de la région. A cette occasion, germe soudain l'idée d'une confrérie olnoise dont le but serait de faire connaître le village, ses vieilles maisons de pierres, ses traditions, mais aussi de rendre hommage à un de ses plus sympathiques et anciens habitants: le cochon. En se penchant sur leur passé, les organisateurs ont en effet pu se rendre compte de l'importance du plus rose et du plus boueux des animaux dans le "bien manger" wallon. En terrine ou en rôti, en saucisse ou en lardons, le porc ravit au cours des siècles les papilles des Olnois. Mais leur préférence semble être allée au lèv'gos (traduisez "qui relève le goût" ou "foie de loup"), un boudin sucré et truffé de raisins de corinthe, préparé avec amour depuis des générations.

C'est ainsi qu'est née la confrérie du Lèv'Gos dont le logo a été dessiné par Paul DELIÈGE, papa - entre autres choses - de la bande dessinée "Bobo" et Olnois de longue date.

Bons vivants, du Grand Maître aux Gustateurs, en passant par le Grand Découpeur, les Maîtres Echansons, le Grand Epistolier, le Grand Argentier et autres Tripiers, tous honorent le "bien vivre" wallon. C'est donc dans la joie et l'humour qu'ils fêtent chaque année le cochon, son lèv'gos par un chapitre solennel les années paires et la fête "Olne autrefois" les années impaires, au cours du week-end précédant le 30 juin, le tout arrosé d'un pèkèt distillé spécialement pour la confrérie et baptisé, à juste titre, "Li Pourcê".

Le lèv'gos est un boudin régional, préparé avec la tête et les abats du cochon (le foie, le cœur et le gras double), des couennes, des oignons, des épices (du laurier et un bouquet garni de carotte), un peu de sucre fin, de la mie de pain et des raisins de Corinthe.

Contact : anneschumer@hotmail.be

 

LA CONFRERIE DE LA VOLAILLE SAUVAGE

"La volaille est pour la cuisine ce qu’est la toile pour les peintres". On pourrait résumer les choix identitaires de la Confrérie de la Volaille Sauvage à cette citation du célèbre gastronome Brillat-Savarin. Nous voulions choisir quelque chose d’inédit et nous avons opté pour une terrine de canard sauvage aux pistaches et à la crème d’oie, associée à la Val-Dieu Grand-Cru. Le logo de la Confrérie fait également référence à la volaille sauvage avec une représentation graphique du "Welkini", un oiseau aperçu dans les bois de la région mais jamais capturé… !

Nous avons choisi la volaille sauvage comme thème en référence à notre situation, à la lisière des Hautes-Fagnes et près des lacs de la Gileppe et d’Eupen.

Contact : volaillesauvagewelkenraedt@gmail.com

 

 

LA CONFRERIE DES COYEÛS DI MANGNÊYE

La confrérie a été fondée en septembre 1983, par un noyau d'organisateurs de la Fête du Fruit de Magnée (Fléron); qui se tient chaque année le week-end du premier dimanche d'octobre.
Elle a pour but d'assurer la défense, l'illustration et la promotion des fruits du Pays de Herve et de leurs dérivés, de s’intéresser à toutes les activités se rapportant à la pomologie régionale et au folklore, et de promouvoir, à chaque activité et manifestation, le village de Magnée et son esprit.

Elle se déplace même en France, le premier week-end de novembre, pour participer à la "Foire aux pommes" du village de Mont près Chambord, près de Blois (Loir et Cher).
Depuis septembre 2002, un géant, "Li grand Coyeû" participe à l'intronisation et aux principaux déplacements.
Depuis une dizaine d'années, les Coyeûs produisent leur propre vin de pomme, qui est leur produit de base, sans oublier le jus du même fruit.

Contact : Jean-Michel Destaxhe (T. +32(0)476 91 57 25)

 

LA CONFRERIE DE LA BIERE DE SOIRON

Née le 15 septembre 2017, la Confrérie de la Bière de Soiron a pour but de réunir les nouveaux et anciens Compagnons afin qu’ils puissent partager leur goût pour la bière "La Soiron", le tout dans la joie, la bonne humeur et sous la bénédiction de Saint Roch, patron de Soiron. La Soiron est une bière qui fédère l'amitié. Défendant les valeurs de bien vivre, de fraternité, de solidarité, de pluralisme et menant un combat sans merci contre le "mal boire", la Confrérie a aussi pour but de réunir tous ceux venus partager une authentique bière artisanale dans le but de développer de chaleureuses relations fraternelles. Jeune Confrérie en plein développement, elle souhaite poursuive cet épanouissement afin que "La Soiron" puisse rejoindre le Panthéon des divins breuvages.

Leur devise illustre à merveille leur croisade afin de pouvoir vivre un verre à la main : "A tous les buveurs d'eau, redresseurs de torts, moralisateurs à excès, nous vous disons : Buvez donc une Soiron."

Contact : confrerie@bandesoiron.be

 

 

LA CONFRERIE DES MAÎSSES HOUYEÛS DE PAYIS D'LIDJE

Depuis sa création le 31 mars 1980, la Confrérie des Maîsses Houyeûs dè Payis d'Lidje mène les actions suivantes:
1. Conserver et maintenir les traditions et les souvenirs de la vie des mineurs, tant sur le plan culturel que folklorique.
2. Rassembler et mettre en valeur des outils, équipements et objets d'art ainsi que tous documents historiques, iconographiques et archéologiques concernant la vie et le travail de cette corporation.
3. Soutenir l'action du Domaine Touristique de Blegny-Mine en enrichissant les collections de son musée et en y organisant chaque année un chapitre lors de la fête de la Sainte-Barbe, patronne des mineurs.

Son objectif est de perpétuer le souvenir des ouvriers mineurs dont le rude labeur a tant apporté à l'expansion de la Belgique en général et la région liégeoise en particulier. La houille fut découverte dans la principauté en 1195. Depuis le XIVème siècle, on trouve dans la "bonne Ville de Liège" 32 "Bons Métiers" constitués en corporations distinctes. Le Bon Métier des Mineurs (ou des Houilleurs) y figurait en très bonne place. Les qualités de courage et d'obstination au travail de ces hommes, "les tiesses di hoye" comme on les dénommait affectueusement, suscitaient le respect au sein de la communauté des corporations. Les propriétaires des exploitations de charbon portaient le titre reconnu par les autorités de "Mêsses houyeûs". C'est pourquoi cette appellation fut choisie lors de la création de la confrérie.
 Le siège social de la confrérie se situe au domaine touristique de Blegny-Mine (ancien charbonnage d'Argenteau-Trembleur).

Contact : maisses.houyeus@gmail.com

LA CONFRERIE DES PEÛRES DI SINT-R'MEY

Fondée en 1986, la confrérie des Peûres di Sint-R'Mey souhaite entretenir la tradition et encourager la promotion fruitière régionale.
La poire, cueillie aux environs de la fête de Saint Remy (premier dimanche d'octobre), est réputée pour ses qualités gastronomiques.

 La devise de la confrérie est : "Peûre asteûre, peûre todi" (Poire aujourd'hui, poire toujours).

Contact : guy.vercheval@skynet.be

 

 

LA CONFRERIE DU BON METIER DES BRASSEURS

Le Bon Métier des Brasseurs trouve ses origines dans l'organisation civique et brassicole de la Ville de Liège dès le XIVème siècle. Il faisait partie des "XXXII Bons Métiers" recensés à Liège.
Comme à cette époque, l'actuel Bon Métier des Brasseurs, réuni au sein de la Grande Raulte, est présidé par le Grand Maître de Saint-Arnould, accompagné de deux Gouverneurs, d'un Rentier, d'un Clerc, d'un Ambassadeur et de douze Rewards garants de la qualité de la bière brassée sur son territoire.
C’est dans le cadre de la célébration du Millénaire de la Principauté de Liège en 1980, que naquit la confrérie du Bon Métier des Brasseurs. Le but étant de perpétuer un des 32 bons métiers de la ville de Liège et plus précisément les brasseurs.
Si aux premières heures, la confrérie représentait exclusivement la brasserie Jupiler avec la Jupiler et la Notger. il n’en est plus de même car bon nombre de brasseries artisanales Liégeoise à ce jour, sont venues agrandir notre famille brassicole. À savoir les brasseries Val-Dieu d’Aubel, Grain d’Orge de Hombourg, Flo à Blehen, Botteresse de Sur-les-Bois, Warsage à Warsage, Curtuis à Liège, Marcine à Couthuin, la Lienne à Lierneux et la Croix à Beyne-Heusay.

Contact : bon.metier.des.brasseurs@gmail.com

LA CONFRÉRIE DE LA DELICIEUSE OIE DU GAY SAVOIR EN BIEN MANGIER DE VISE

Créée en 1987, elle a pour but le maintien et le développement de la recette séculaire de l'Oie "à l'Instar de Visé", recette qui fait partie du patrimoine culturel et gastronomique de notre Bonne Ville de Visé.
Elle a pour but également, la promotion des produits de l'oie et l'organisation de toute manifestation en sa faveur.
Durant l'année, la Confrérie de la Délicieuse Oie n'a de cesse de sillonner la Basse-Meuse gastronomique afin qu'une majorité de restaurateurs proposent à leur carte la fameuse recette de l'Oie "à l'Instar de Visé", recette qui ravit depuis toujours, gourmets et gourmands.
Nos Visétois sont conscients qu'à notre époque, trop de gourmets influencés par les défenseurs d'une nouvelle cuisine souvent trop inventive, reconnaissons-le, oublient les richesses de notre vraie cuisine régionale. C'est pourquoi les fondateurs de la Confrérie tiennent à rappeler que l'oie était dans les siècles passés, très estimée gastronomiquement des grands de ce monde et domestiquée depuis des temps reculés. Ce grand oiseau s'il a charmé notre enfance avec son jeu, fait partie de nos souvenirs historiques avec l'épopée des oies du Capitole.
Mais le prestige de l'oie a, on ne sait pourquoi, diminué et son nom est devenu synonyme d'une femme niaise. Côté culinaire, l'oie a cependant gardé un prestige gastronomique certain avec le foie gras et les délicieux confits du Sud-Ouest de la France, sans oublier la finesse de sa graisse. Malheureusement, les rôtisseurs ou "ayers" du Moyen-âge ont disparu et certains, qui se parent encore de ce titre, ne sont que trop souvent des imitateurs vendant un poulet d'élevage industriel fade et sans goût si ce n'est celui de la farine de poisson qui l'a nourri.
L'oie par contre, a conservé toute sa saveur, il est vrai que sa chair est grasse mais ses calories sont souvent les bienvenues en période de froidure.
Notre devise : «Oie un jour, oie toujours !»
Si vous souhaitez déguster notre recette, la confrérie organise chaque année, le 11 novembre à la salle des Francs Arquebusiers, un repas intitulé "L'Oie de la Saint-Martin".
Cette tradition ancestrale a une origine historique : « Le 11 novembre, à la Saint Martin, dans une grande partie de l’Europe, suivant la tradition, on mange l’oie de la Saint-Martin rôtie le soir, dans une ambiance de fête, pour punir les oies qui avaient trahi Martin de Tours quand il se cachait pour ne pas être nommé évêque ».

Contact : delepine.paul.laurent@hotmail.com

 

LA CONFRERIE DES AMIS DE JEAN DE BERNEAU

Fondée en 1987, la Confrérie "Les Amis de Jean de Berneau" a pour objectif de sauvegarder la mémoire d'une légende très ancienne "Jean de Berneau, conte fantastique des bords de la Berwinne" qui parle d'un porcher nommé Jean et d'une princesse devant être sacrifiée aux exigences d'un dragon à 7 têtes (voir dans le livre de F. Iserantant, "Souvenirs & Légendes du Pays de Herve", édition 1880).
Jean de Berneau, un géant de 4m50, a été baptisé en août 1986; son parrain est Tchantchet d'Outre-Meuse et sa Marraine est La Grande Macrale de Haccourt.

En plus des nombreuses sorties dans des fêtes rassemblant des géants, la Confrérie organise le dernier samedi de juin son traditionnel "Grand Feu de la Saint-Jean". Précédé du non moins traditionnel souper cochonnaille et de l'intronisation des nouveaux membres, le Grand feu réunit sur les hauteurs de Longchamps plusieurs milliers de spectateurs. Pour l'occasion, la Confrérie a concocté une boisson dont le secret est bien gardé, "Le petit dragon" (à boire avec modération). Feu d'artifice et concert de musique celtique complète la Nuit de la Saint-Jean.

Dans le thème folklore, la poste a émis le 8 mars 1997 un timbre dessiné par René Hausman qui représente le combat entre Jean de Berneau et le dragon.

Contact : al.vile.cinse@skynet.be

LA CONFRERIE LÎ FRICASSÊYE ÂS POMES

La confrérie a pour mission de maintenir et de perpétuer la tradition de la fricassée aux pommes. Elle respecte une charte et des statuts. Le folklore et le divertissement doivent prédominer.
Ses objectifs :
Réinstaurer une recette ancestrale qui appartient au patrimoine liégeois et, principalement, au Pays de Herve.
Rendre toute la noblesse à la tradition riche de souvenirs de la fricassée aux pommes et au lard.
• Remettre au goût actuel la variété de pommes Jacques Lebel.
• Retrouver dans les jardins une plantation de pommiers de cette variété.
• Participer aux rencontres permettant la présentation et la défense de notre produit et organiser le chapitre annuel afin de mettre à l’honneur des personnalités et des confréries amies.
• La convivialité, les plaisirs partagés, les petits instants de bonheur, la confrérie Li Fricassêye âs Pomes veut joindre l’utile à l’agréable.

La devise de la confrérie : "Pome fricassêye tofér - Pome fricassêye todi".

Contact : mathys_pierre@hotmail.com

 

LA CONFRERIE DES CHEVALIERS DES FONDS DE CAVEAU

Contact : Emmanuel.Davister

 

 

 

Back on top of the page